tilisa, la charte kabyle

Chaque peuple a son esprit, son génie, ses valeurs qui le distinguent des autres peuples.
Le Kabyle n’a pas eu besoin de l’assistance de l’étranger pour construire une société laborieuse et équilibrée où hommes et femmes se partagent droits et devoirs.
A ce titre, l’influence de l’étranger a été plutôt négative. Même les dieux, quand ils viennent d’ailleurs, n’apportent au Kabyle que ruine et désolation…
Le Kabyle vit mieux quand il gère lui-même ses affaires !
La charte kabyle est un système de règles qui régissent la vie communautaire dans un univers séculaire d’essence démocratique et respectueux des droits de l’individu. Expression de la mentalité kabyle, outil d’harmonisation des pratiques et coutumes, elle n’est que la forme actualisée d’une loi fondamentale faite par les Kabyles pour les Kabyles.
Sous sa forme écrite elle sera une contribution certaine à l’unité du peuple, une barrière efficace contre l’infiltration d’idées et valeurs destructrices et dénaturantes venues d’ailleurs. Les repères moraux et spirituels ne seront plus dictés de l’étranger, nos ancêtres cesseront d’être européens ou asiatiques.


1 – L’identité

1.1 Hommes libres de souche amazigh, les Kabyles sont égaux en droits et en devoirs. Ils sont frères et de rang égal.
1.2 La richesse, la puissance ou l’appartenance à une caste ou groupe religieux ne peuvent constituer des éléments de supériorité entre Kabyles.
1.3 Les idées et les croyances ne peuvent constituer un complément d’identité pour le Kabyle.
1.4 L’homme et la femme kabyles sont égaux en droits et en devoirs.
1.5 Le Kabyle est monogame.
1.6 L’Amazigh non kabyle ne sera jamais traité en étranger, le Kabyle sera solidaire avec lui en toutes circonstances.
1.7 Le Kabyle sera plus proche de l’Amazigh du bout du monde que d’un voisin étranger.
1.8 Le kabyle est la langue des dieux et des hommes. C’est la première matière à enseigner dans les écoles.
1.9 Pour exprimer son attachement à ses racines, le Kabyle mettra à profit tous les moyens, situations et signes extérieurs : langue, costume, arts, architecture…
1.10 Le Kabyle fera son possible pour soutenir et encourager la production intellectuelle kabyle, et amazigh en général.
1.11 Pour tourner la page et aller de l’avant, les prénoms évocateurs d’oppression ou de reniement seront écartés pour les naissances à venir. Les prénoms amazigh sont nobles et beaux. Les noms de lieux seront, sauf exception, d’origine ou d’inspiration amazigh.
1.12 Le mariage se fait exclusivement dans les formes kabyles. Les contrats se font au nom de Dieu, des ancêtres, de la racine commune, mais jamais au nom d’un homme ou d’un esprit étrangers.
1.13 taamamt n’est pas un prix. Elle ne peut être indéxée à une valeur de monnaie, matériau ou marchandise. La fille kabyle n’est pas une marchandise, ni le mariage une vente.

2 – Fraternité, solidarité

2.1 Chez les Kabyles l’honneur prime sur le ventre. Il prime sur l’argent, le pouvoir, la religion.
2.2 Le Kabyle ne fera pas étalage de ses richesses devant moins favorisé que lui.
2.3 Il ira au secours de son frère nécessiteux avant que celui-ci en fasse la demande.
2.4 Il n’abusera pas de sa force.
2.5 Il ne se réjouira pas du malheur d’autrui.
2.6 Si deux Kabyles sont ennemis et que l’un est en danger, l’autre ira à son secours.
2.7 Dans l’exil, les liens fraternels doivent être plus manifestes.
2.8 La défense de l’honneur d’un Kabyle est l’affaire de tous les Kabyles.
2.9 La lutte contre le mal et sa dénonciation sont un devoir national chez les Kabyles.
2.10 Le Kabyle est soumis au devoir de témoignage partout où les intérêts d’un autre Kabyle sont menacés.
2.11 Le Kabyle est prompt à pardonner, mais il se souvient de celui qui fait du mal à un Kabyle parce qu’il est kabyle.
2.12 Les Kabyles mettront en commun richesses, savoir, terres agricoles, et tous les moyens utiles pour investir et travailler. La participation aux œuvres d’utilité publique (tacemlit) sera proportionnelle aux moyens, à la puissance, à la fortune. Celui qui a plus donnera plus.
2.13 Toute dépense significative pour motif religieux est un gaspillage tant qu’un Amazigh dans le monde est dans le besoin.
2.14 Consommateur discipliné, le Kabyle donnera sa préférence, à performance égale, aux fruits de la main-d’œuvre amazigh.
2.15 Le Kabyle honorera la mémoire de son frère qui aura de son vivant œuvré pour le bien commun.
2.16 Les événements qui auront jalonné l’histoire amazigh seront remémorés, célébrés, fêtés. A chaque rendez-vous le Kabyle prendra une minute de son temps pour lutter contre l’oubli, renforcer l’unité et préparer l’avenir.

3 – Fidélité, reniement

3.1 Renier ses racines, son identité, sa culture est pour le Kabyle un crime de haute trahison. Un avilissement qu’aucun enrichissement matériel, aucune promesse de paradis ne sauraient justifier. Le renégat n’en retire que déchéance et mort.
3.2 Celui qui, bien que de souche amazigh, se dit appartenir à un autre peuple ou délaisse la langue amazigh pour une autre est de fait un renégat.
3.3 Pour avoir trahi ses racines, pour avoir troqué son nom contre une identité contrefaite, le renégat restera pour le Kabyle un mensonge ambulant, un criminel.
3.4 Le Kabyle sera plus proche de l’étranger du bout du monde que d’un voisin renégat.
3.5 Les renégats, quel que soit leur nombre, ne seront jamais considérés comme un peuple.
3.6 Le renégat n’entrera pas dans la famille kabyle. C’est un facteur de trahison, de destruction, et le Kabyle ne souillera pas son sang par une alliance avec un traître. Le Kabyle n’épousera pas une renégate, la Kabyle n’épousera pas un renégat.
3.7 La prévention du reniement est un acte citoyen majeur, tacemlit à laquelle sont conviés tous les Kabyles. Le Kabyle fuira comme la peste les rites, coutumes et manières propres au renégat ou ayant de près ou de loin un relent de reniement. Les meilleures recettes, les plus belles manières seront de mauvais goût si elles ont l’empreinte du renégat.
3.8 Le Kabyle ne cédera pas une portion de terre ancestrale ou une habitation en Kabylie à un renégat. Celui qui le fait agirait contre tous les Kabyles en ouvrant la porte à tous les maux.
3.9 Le renégat est par essence un mauvais compagnon pour le Kabyle. Il est inapte à montrer le chemin à un aveugle. Un chemin indiqué au Kabyle par un renégat est mauvais sauf preuve du contraire.
3.10 Le témoignage d’un renégat ne sera jamais suffisant pour faire accuser un Kabyle par un Kabyle.

4 – L’étranger

4.1 Le Kabyle ne haïra pas un humain à cause de ce qu’il est : race, langue ou croyance.
4.2 Homme libre, il n’entrera jamais en guerre pour le compte d’un étranger.
4.3 L’étranger ami des Amazigh est de fait l’ami des Kabyles.
4.4 L’étranger qui se comporte en ennemi d’un peuple amazigh ne peut être l’ami des Kabyles.
4.5 L’étranger peut vivre en Kabylie tant que son activité est légale et enrichissante. Mais le Kabyle ne laissera pas le chiendent envahir sa terre. Quiconque œuvre à le détourner de son identité, de sa culture devient indésirable.
4.6 L’étranger qui, pour apporter miel et beurre, s’invite en territoire kabyle sans y être autorisé sera rejeté et chassé, lui et ce qu’il apporte.

5 – L’esprit

5.1 La sainteté du Kabyle réside dans son honneur et son attachement à ses racines. L’honneur est indissociable de l’identité.
5.2 Les valeurs ancestrales amazigh priment sur toutes les valeurs morales ou religieuses qui peuvent venir de l’étranger. Rien n’est plus sacré que le peuple, la terre et la langue amazigh.
5.3 Le Kabyle est libre d’avoir ou de n’avoir pas de religion.
5.4 Il n’hypothéquera ni ne vendra son nom, ses valeurs ou sa liberté pour un privilège ou une promesse de paradis. Tout esprit, croyance, concept qui entre en rivalité ou met en danger une ou des constantes amazigh sera rejeté.
5.5 Les dieux, pour être servis, doivent se faire gardiens et défenseurs des valeurs amazigh.
5.6 Les prophètes, pour être écoutés, doivent parler kabyle.
5.7 Rites et cultes religieux doivent se faire en kabyle.
5.8 Il n’y a pas de chef spirituel national chez les Kabyles.

6 – L’Etat

6.1 L’autorité politique chez les Kabyles est d’essence référendaire.
6.2 Le citoyen a le droit d’être informé sur les activités et les projets de l’Etat.
6.3 Les projets d’envergure de l’Etat doivent être soumis à référendum.
6.4 Nul ne doit être puni pour avoir informé ou dénoncé le mal.
6.5 Nul ne doit être puni de mort quel que soit son crime.
6.6 Aucune religion, aucun courant spirituel ne doit être favorisé ou soutenu par l’Etat.
6.7 Aucune croyance ou religion ne peut servir de base pour un article de loi. Nul ne peut avoir raison au détriment d’autrui sur la base d’une croyance ou religion.
6.8 Aucune religion ne doit être enseignée dans les écoles kabyles.

7 – Dispositions finales

7.1 Héritage commun, loi fondamentale, expression essentielle du peuple, cette charte est un bien commun qu’aucun Kabyle n’est censé ignorer.
7.2 Tout enseignement ou doctrine contenant un élément contraire à cette charte doit être rejeté. Aucune convention, loi civile ou religieuse ne peut servir de prétexte pour violer un article de cette charte.
7.3 Chaque Kabyle possédera chez lui une copie de cette charte. Il la lira, la commentera et l’enseignera à ses enfants.
7.4 Elle sera la base de l’éducation civique dans le système éducatif kabyle.