L’ensemble (2)

Suites et influences

Dominance, contagion
k peut être masculinisé en y par le voisinage d’une masculine : ak-d Aviq, prononcé [ayd Aviq] à cause de la proximité de d.
s peut être masculinisé (en z) par le voisinage des masculines
s peut se prononcer c au voisinage de cette CC
z peut subir l’influence de g
s et z, quand ils sont dans le voisinage de do et dt, sont prononcés larges : so, zo. Dos, tadosa, Dts, idos
q peut être féminisé en x par le voisinage d’une féminine : iqf, qas [ixf, xas].
A signaler que quand so et zo sont radicales, elles ne s’écriront pas s et z pour faire jouer la contagion au voisinage de do et dt : on écrit Tzorido et non pas Tzrido : Zoriq Tzorido Izora
Ecrit Prononcé Ecrit Prononcé Ecrit Prononcé
Snz Znz asaylu azaylu Sucf Cucf
Sigv Zigv,Gigv sdat zdat Scmt Ccmt
Suzr Zuzr sdffir zdffir Zvg Gvg
Szvr Zzvr askdouf azkdouf1 iqf ixf
as-d azd asmzi azmzi qas xas
asn-d aznd asduz azduz aqam2  axxam
lasuqo lazuqo amhoras amhoraz3 Szly Zzly
_____________
1. de Dtf, Skudtf (tenir, pincer)
2. la racine QM donne iqimi, aqumu, taqma, aqam lqmam Qomc aqommuc… Dans aqam, q est féminisé en x sans raison grammaticale apparente, si ce n’est l’habitude qu’ont les Kabyles de comprimer à tort et à travers les CC : comme la CC q n’est pas comprimable sans se transformer en qo, on s’est donc rabattu sur la féminisation, x étant comprimable à volonté.
3. du VB Horrs
===============
La VV dominante
Une VV peut être dominante, surtout dans les mots courts.
Dominance en a : tayrfa tamdda tabarda tamda tarvla tamazqa aeqoa aila alma tala tamadna tamara tasya tazqoa tafrara tayara tafrka… A noter que la forme a__a pour les masculins doit rester exceptionnelle : ayafa aqrda aqnga azokka alda askka… Pour les noms masculins nouveaux, éviter donc autant que possible la forme en a__a.
Dominance en i : izirdi izi imi imidk iri itri ini (iniin) ibiv iqi iqil isido
Les NN féminins en ti__ finissent en __i, __it : tizit tiqoit tifrzizvit tislit tiqrit tidi tivizi, tizi timmi tiqri tili tikti (et non takti) tiqli tidmi…
Dominance en u : urqu tuzout ulmu uruz uqud Tzuxxu Tbuddu Tqummu Thouddu Tmuqoul Tmurud Tfuhu Thouzzu Sutur Tsuqu Tdubu Brru …
Tenir compte de la règle des dominance pour les mots nouveaux : si par exemple on emprunte le mot « film » vers le kabyle, on ne dira pas afilm mais bien ifilm pour tenir compte de la dominance de la VV i.
=================
Les suites antinomiques
Affinités
Les règles de voisinage entre consonnes peuvent se présenter en termes d’affinité-répulsion :
– on dit Muhnd au lieu de Muhmd car la CC d préfère le voisinage de n (n vient durcir d). Nmdoar est prononcé Mndor (n pour durcir do en dt), tamdolt est prononcé tandolt pour faire jouer l’affinité n-d.
– dans anrar (inurar), on prononce [annar] 1.
– dans aqam n mddn on prononce [aqam mmddn], aqobli n mqrs [aqobli mmqrs]
Suites antinomiques
Certaines suites sont antinomiques. On ne les rencontre qu’exceptionnellement en radicales.
Les suites antinomiques ne sont pas interdites avec les greffons en conjugaison de NN et de VB : Sco (s + Co alimenter), Szly (s + Zly, tordre), Szvr (s + Zvir, mettre devant)
Dans les VB en do__ conjugués au présent (ussid), l’usage remplace la suite t + do par la compression de do (dt) : Tdorrifq Ttdorrifm, Ttdourrudo.
Certaines suites:
      – mot en __d suivi d’un mot en t__,
      – mot en __t suivi d’un mot en __t
donnent en liaison un [t] comprimé : ad Tavido, ad Tyludo, d taqobailit, at Tavido
Les suites suivantes sont antinomiques dans la langue kabyle. On ne les rencontre qu’exceptionnellement en radicales.
Mâle-femelle Veuve semi-CC Autres
B-P P-B L-N2 N-L E-H H-E BM
C-G G-C L-R R-L E-HO HO-E C-S S-C
D-T T-D N-R3 B-F F-B
H-HO HO-H F-P P-F
K-Y Y-K H-X X-H
Q-X X-Q HO-X X-HO
S-Z Z-S
Quelques remarques :
bab lbrhoan : tasarbt n est sous-entendue (pour éviter la suite antinomique n-l)
Zoid Zoidôt tizodt : d+t (suite antinomique)
lfakia : se prononce ja et non ya, comme c’est le cas dans lhmuria, trbia zubia, cela donnerait la suite ky, antinomique
idflaun iqzran isflan iran iriran : une VV ou plus est intercalée avant n du pluriel en présence de suites antinomiques.
talunt (pour talumt, aqrbal) Ezl/Ezn, aezzul/aezzun/iezzunn
n durcit do, t,s, z : Ndodo tamnt einssu nzzho
_______________
1. On écrira quand même anrar
2. Exceptions : ilni, asln, axlng. Dans le mot asln le problème est contourné par le fait que n est soufflé à part comme CC FM. La suite ln est aussi présente dans le mot inventé aqlnav.
3. mais les suites r-n et m-b ne sont pas antinomiques
===============
Suites particulières
Règle générale :
– deux consonnes identiques  séparées par une VV ne se doublent pas, même si elles sont comprimées en prononciation : adud lsas Susi Yuy Bib cicu didi dada ahiha Kikdo Kakru brkuks Xuxd Zizvh Smum Fsus
deux consonnes identiques  séparées par un SS neutre (pour qu’elles ne soient pas prononcées comme la même CC comprimée) ne se doublent pas, même si elles sont comprimées en prononciation.
– quand 2 CC identiques se suivent et que l’une d’elles est radicale et l’autre greffon, elles peuvent se prononcer séparément : luh, lluah (un panneau, des panneaux).

 

Verbes
Fgog Tfgig Ifgog briller
Ftot Tftit Iftot émietter
Hloli Thloli Ihloli apparaître
Hlol Thlil Ihlol Hivt (supplier)
Holol Tholil Iholol psalmodier
Htot Thtit Ihtot porter la poisse
Kornoni Tkrnoni Ikrnoni d akorra, d ikorrain
Krcoci Tkrcoci Ikrcoci frisés (cheveux)
Mloli Tmloli Imloli avoir le vertige
Mnoni Tmnoni Imnoni asmnoni n iniqman
Znoni Tznoni Iznoni être bien installé
Sbob Tsbib Isbob être la cause de
Sqdôdi1 Sqdôdai1 Isqdôdi1 s’accrocher, s’entêter
Xmom Txmim Ixmom penser, réfléchir
Xlol Txlil Ixlol embrocher, encorner
Noms
adôdi1 la plaie tidôt1 la vérité
ifilols oiseau migrateur tavrdôt1 la rose
ilol mer, océan tmsôs1 la fadeur
tmlol blancheur iloli libre
tfsôs1 légéreté, agilité tasalolt poutre, pilier
___________
1. – Le « o » ne prend l’accent (ô) que s’il sépare 2 CC avec lesquelles il s’associe d’habitude pour former un autre son : c, d, s…)
===================