Conjuguer (2)

Le verbe : les formes

Le VB prend des formes différentes selon le temps, le genre, le nombre, la position dans la phrase (auqam, arbib).
A part le locuteur (nkk, nkoni1), chaque personne se décline en masculin et féminin : kco km, konvi konmti, ntta nttat, nitni nitnti.
Le VB conjugué doit correspondre
– au complément : v Ihoddrn, v Islln, v if Hoddrn (qui parle, à qui on parle, de qui on parle), le complément pouvant avoir plusieurs formes (genre et nombre)
– au temps : passé, présent (action en cours), futur
– à la forme : affirmative, négative…
– à la position dans la phrase : auqam ou arbib.
L’indicatif (affirmation-négation)
C’est la forme la plus utilisée. Le VB peut être introduit par :
ad, aq, as… i, ik, im, iq… pour l’affirmation
ur, urs urt urto (par opposition à ad as at ato) pour la négation2 : la particule a étant remplacée par ur.
Le subjonctif
Le subjonctif exprime un souhait, une prière, une imprécation :
! aur Ifur aur Isqoi
! a-d Isban Rbbi lhqo
Excepté dans la forme négative (aur au lieu de ur), le subjonctif se conjugue de la même façon que l’affirmatif.
Il est utile, pour le distinguer de l’affirmatif, de le faire précéder d’un point d’exclamation (! ad Nyrnt tudrin uala ad Inyr lasol).
L’interrogation
La forme interrogative est exprimée dans l’oral par une simple intonation. Dans l’écrit elle est transcrite par un « ? » en début de phrase. (? Tslido, as-tu entendu ?)
– Elle se construit aussi avec an (anva anda ansi anta anti anvi), amk mlmi viqr, anct, achal, aiqr…
an__ peut être sous-entendu : ? v ikk Ilan (comprendre : anva ikk Ilan).
Interro de l’improbable
di + VB à l’interrogative = interrogation qui suggère une réponse négative.
L’équivalent en affirmative est « macci di… »
? di Nglaq (serais-je exilé ?). ? di Mutq akkn aii Tvrtdo (serais-je mort pour que tu me succèdes ?). Equivalent en indicatif : macci di Nglaq, macci di Mutq…
 ============
Le 2ème degré (faire faire)
Pour le 2ème degré on emploie généralement le greffon s : Sufq, Smir, Smzi (lisser, lustrer) Sucf, Suzr, Suzn (bercer, «envoyer, lancer »), Ssusm (faire taire)
Comme tous les greffons, le s du 2ème degré ne se double pas, même s’il est comprimé en prononciation3 : Isucuf, Nsuzun
Le greffon s se retrouve dans les NN d’outils et d’action : tisynit (Yni), asylf (ayolaf, meute) asaylu (Ylu), asayom (Ayom).
ussid 2ème degré peut se faire par ajout de VV : Sufuq Smiri Smzai Sucuf Suzun Tsusum
La forme subie
La forme subie se fait avec les greffons
m : Muqbn Mngr Mco
– n : Nhodd Nqolab Ndorr
– t : Tuaq Tudolm
Attention aux abus :
– rappel : les greffons ne s’écrivent jamais sous la forme d’une CC doublée. On n’écrit pas Ittudqom, mais Itudqom, non Innetab mais Inetab, non Immuqbn mais Imuqbn
– On écrit Tuaq, Tuarz, Tuavdo : tu+Aq, tu+Arz, tu+Avdo
– Mais on écrit Tudolmq, Tukllxq, et non Tuadolmq, Tuakllxq : tu+Dolm, tu+Kllx.
– Par contre, pour faciliter la prononciation, on écrit Tua dans les VB courts sans voyelle : Tuakks, Tuaffr : Tua+Kks, Tua+Ffr
Verbes en V__ : on écrit Tu__ (Tuvtq Ttuvtdo Ntuvt) même si dans l’oral le u est éclipsé au profit de sa CC parente v [Tvtq Ttvtdo Ntvt].
Signalons aussi que dans Snhcam Snqodoe, Snfsusi Snslax Sngme on a 2 formes antagonistes imbriquées : la forme subie et le 2 ème degré.
===============
La forme réciproque
Forme simple2ème degréForme simple2ème degré
SvTssSsvSsvaAqTaqSiqSiqi
AgvTagvSigvSagavAliTaliSaliSalai
RuTruSruSruiRbhRbbhSrbhSrbah
RvlRwlSrvlSrvalRqRqoSrqSrqa
FqTffqSufqSufuqMqiMqoiSmqiSmqai
La forme réciproque se décline ordinairement au pluriel.
Pour conjuguer on emploie en général le greffon m : Tmvatm, Tmvalam, Nmzor, Nmrzo Mzorn
L’usage peut adapter la forme réciproque à la forme du VB pour en faciliter la prononciation. Une liaison en i est intercalée au besoin : VB débutant en VV ou en 2 CC… : Miavdon Miussann…
Forme combinée réciproque-2ème degré
——2ème degré——————Forme subie———————Forme réciproque——
compr.SMNTuMSm, Ms
HjjfSfhomMuqbnNetabTuaqMvalanMsrbahn
ErriSrbhMngrNhoddTudolmMzornMsrvin
MhhnSxsrMcoNqolabTumhhnMbrraznMsbdoan
EjjbSyrirbMlsNdorrTuhjjfMiasamnMsfhoamn
SdolmMundlNbruTurviMiifnSmrzo4
SwMzlNfsusiTukllxMiussannSmbrraz4
SismdoNuqniTuarzMizvarnSmbibb4
SaliTuvtMiayarnSmayr4
 On emploie en général les 2 greffons s et m : Smrzo Smbrraz
Pour certains VB la réciprocité s’exprime dans l’action induite, non dans l’action subie. On utilise donc pour ces VB le 2ème degré (faire faire) combiné au réciproque simple :
Nmifk (Fk), Nibdo (Bdou), Mikrahon (Krho),  non Nmsfk, Nmsbdoa Nmskraho
– mais Nmsfhoam (Sfhom), Nmseja (Seju) Nmsrbah (Srbh) non Nmifhoam Nmieja Nmirbah
 
======================
La forme pronominale
Dans les VB la forme St__ exprime souvent une forme «pronominale » ou assimilée rencontrée dans les VB de type arabe : Stefu Stufu Strge Strhb Stqfr Stqone Stnfe Sthi. Dans ces formes, «St » est un greffon qui s’ajoute au tronc du mot (Efu Ngi Af Rge Rhhb Qfr Qone Nfe lhia)
Il n’en est pas de même pour Strdoqo Strvs Stixr Sdtuqot (qui sont des VB au 2ème degré), ou Stv, Stnji5. Dans ces mots seul le S du 2ème degré est greffon.
iman
iman est communément utilisé pour rendre une forme pronominale des VB bi-compléments. Comme il est souvent utilisé, il peut être utile de simplifier son écriture par une abréviation en «-mn » à la place de la paire de mots iman iu, iman ik, iman nsn…
Tvtdo iman ik s ufus ik pourra s’écrire : Tvtdo-mn s ufus ik.
jal va Issn iman is s’écrira jal va Issn-mn.
L’abréviation «-mn » n’a pas besoin d’être plus développée, sa conjugaison étant liée à celle du mot principal.
_____________
1. nkonti est utilisé mais, comme km (féminin de kco), il ne donne pas lieu à une forme spéciale en conjugaison
2. La forme négative se forme d’habitude avec l’affirmatif précédé de ur. La forme en i (ur Illi, ur Iddi au lieu de ur Illa, ur Idda) ne repose sur aucune base grammaticale.
3. Le s du 2 ème degré est invariable. Sonhol et Sohovl sont des exceptions où il est élargi par « o« .
4. Combinaison forme réciproque +2ème degré
5. Stnji (VB signer) n’est qu’une déformation archaïque de « Snji« . A redresser donc.