Conjuguer (1)

Les imparfaits

La racine en kabyle exprime une idée, un concept. Elle donne normalement toutes sortes de mots (noms, verbes…)
C : Co, ucci,
Q : Aq Mqi imqi,
VL : Sivl aval,
QR  : Qr tiqri tamqra…
Ce système (ramification) se retrouve à l’intérieur des NN et des VB eux-mêmes. Ceci est une règle générale, qui a ses exceptions : certains mots ne sont pas déclinables, ou alors ils le sont mais de façon incomplète.
Ces mots doivent être connus et listés comme exceptions qui confirment les règles générales.
Signalons que les NN d’action, même s’ils n’ont pas de pendant dans l’autre genre, ne sont pas à considérer comme des imparfaits : tuzzma, awado, tiyli, afras tamuqli
Mots imparfaits en genre
– masculins veufs : adda aflla adfl sid
– féminins veufs : tala tidt tidôt tamdtut tamddit tiziri
En nombre
–  singuliers sans pluriels : dunit tidôt talvit tanumi tafukt
– pluriels sans singuliers : lqaci mddn ulli tisusaf tiqoar ilfdoan iriran ibccan ixan aman alln imtman imavlan idoumman claqm tiddas tissas tiffaf tiruyza1 tinsa tira somaim tuqalin
En conjugaison
– VB d’état conjugables seulement au passé : Medur Mchour Mriuh Msdour Mqobul Mdomun Mdlul Mkhus Mskin Qolil
– mots divers non déclinables : adtas zik tili ziq armi avid avufan tif buho caho fihl
_____________
1.Tout comme tissas, le mot tiruyza est communément utilisé comme singulier. Cela a tout l’air d’une altération favorisée par l’absence de grammaire. Cette forme appartient au moule des pluriels féminins en ti__a (tilufa tiryua timucuhoa timrzouya tilisa tikita…) Le mot inventé tiddukla est aussi concerné.
Les féminins singuliers  du même type (en ti__) non altérés gardent leur forme normale en t__t : timuhoblt tidrvct timuhqoit tiqjulit…
=====================

Décliner le nom

Le NN se décline sur 2 niveaux : le genre et le nombre. Plus la position dans la phrase : état libre ou état de dépendance (arbib).
La déclinaison  doit :
– tenir compte du type de CC (radicales ou non) : tansavt tinsvin ibiv ibavn iddv iddavn … mais ul ulaun, tasa tasuin ism ismaun
– tenir compte de la compression ou non des CC : afus ifasn, iqil iqaln (et non ifassn iqalln) : la CC non doublée au singulier ne se doublera pas au pluriel
– respecter la racine : on dit lciax, tikruas, irbbiin (cix takrrust, arbbi)… et non lcuax, tikrias, irbbaun. On dit taddart tuddar (et non tudrin, qui ressemble plus au pluriel de tudrt)
– tenir compte du statut de la VV DM (résidente ou greffon) du singulier : allaq/allaqn, izm/izmaun, ul/ulaun.
=================

Types de déclinaison

Le mode de déclinaison diffère suivant le type et le moule auquel appartient le NN.
par greffage VB Ru Tru Iru, Ffr Tffr Iffr le « tronc » du mot est préservé
NN amaziq imaziqn, aval avaln
intérieure VB Sutr Sutur Isutr, Fsi Fssi Ifsi ussid peut combiner greffage,  compression ou ajout de VV  au 2ème degré
NN amalu  imula,  tamazirt timizar la déclinaison intérieure se voit surtout dans les pluriels
forme spéciale VB Vt Kat, Sv Tss les  déclinaisons  peuvent différer au point de ne pas partager le même tronc
NN aryaz  tamdtut,  azyr tafunast1, tidt alln1
forme étrangère VB Thonni Teggb Strge formes arabes la plupart du temps
NN lxiudo  lkuaqdo  lhiudo lmriat  lqouann  lgiub
1. on dit ailleurs afunas, tidtauin
==================

Les greffons de nom

Rappel : le greffon de DM est consonnisable mais pas la VV résidente.
a comme greffon (aryaz, amur) donne à l’état de dépendance u consonnisable1.
i comme greffon : iqzr, isqi (à ne pas conf. avec i de isq, qui est résident) donne à l’état de dépendance i greffon consonnisable.
a résident (aval, allaq, avaln allaqn) est introduit par une liaison en v à l’état de dépendance : Rran as tarya n’aman
i résident (isq, izm), non consonnisable, est introduit par une liaison en j (i’izm, s’isq) : Iyora-d ‘iqs d ahrfi
u, pour rappel, est toujours résident s’il est en DM d’un NN à l’état libre. Il est introduit par une liaison en v  : tadosa n’uylan Ttqurru
Greffons de déclinaison
a__          masc-sing1, masc/plur           abrid, allaqn
i__           masc/sing, masc/plur            izimr, izamarn
u__          masc-sing2, masc/plur2        ubrid (arbib), uravn
t__          fém/sing, fém/plur                 tawurt, tiwura
__t          masc/fém/sing/plur3             ainat, tasarut, sbbat
__n          pluriels                                    iryazn
Greffons de relation
u__          relation, appartenance          aulxir audrar
__v          relation, appartenance          ajaniv (greffon de relation)
__u          conjugaison                            ailau (aila inu)
__k          conjugaison                            ailak (aila ink)
__m         conjugaison                            ailam (aila inm)
__s          conjugaison                             ailas (aila ins)
_______________
1. a__ est toujours résidente dans les pluriels
2. u__ est toujours résidente sur singulier à l’état libre et sur pluriel
3. __t : rare dans les NN masculins, dans les pluriels se rencontre seulement dans les emprunts
=====================

La voyelle résidente

 A l’origine greffon, la VV résidente a visiblement acquis ce statut pour des raisons d’ordre phonétique : dans les mots courts (1 ou 2 « temps ») la prononciation serait malaisée si on consonnise la VV DM, chose qui arrive aux greffons quand le NN est en position de dépendance. L’usage a donc « résidentialisé » la VV DM dans ces mots pour leur éviter une troncation à l’oral.

 

a__ i__ u__
abbaq taddart iccr ticcict uccn tubbit
adal taffa iddv ticcrt udai tunt
addal tafukt ifi tiddi uffal tusut
adou tala ifis tidôt uffir tutlait
adud tama Illu tidt ul tutut
affar tanust ilm timmi ulli tuzout
affuy tara ilol timmist ulmu tuzzalt
aggal tasa ils tinsa unjif  
ajur tassmt iman tiqoar uqud  
akal tata imi tizi urav  
akuz taya iqi   urqu  
alim tazzla iqil   uruz  
allaq   iri   ustu  
aman   ism   usu  
ammus   isq   uyur  
anrar   issf   uzu  
anu   ixan   uzzal  
arrav   izi      
aruj   izm  
aval   izoi  
azal1      

1. Il s’agit de azal/azaln (valeur) à ne pas confondre avec azal/izilan (midi)

=================