Montreurs et orientation

Principales orientations liées aux montreurs1

Tout comme les verbes, les montreurs sont parfois sujets à orientation, selon les positions des interlocuteurs. Surtout quand il y a mouvement. Rappelons que même pour la 3ème personne (ata, atta, atna…), on ne montre pas l’absent, mais le présent, le visible.
Ne pas confondre :
vin Izoran Isusm (celui qui sait…), et
vi-n Tdtfdo di ufus ik (celui-là que tu tiens)
Dans le premier exemple on parle de l’absent (vin), dans le second on parle de ce qu’on montre (vi-n).

 

da6, di-nva, vi-n2, vaii-n [vahoin/vadi]ja, ja-d, ja-naqoli, aqolii-n  [aqolijin]
sia, si-n [sjn]ta, ti-n2, taii-n [tahoin/tadi]jav, jav-d,  jav-naqolaq3, aqolaq-n3
akka, akk-n5vi2, vid-n, vii-n [vihoin/vidak]jamt4, jamt-d4, jamt-nata, ata-n
ti2, tid-n, tii-n [tihoin/tidak]ataia, atai-n
atta, atta-n
attaia, attai-n
atna, atna-n
atnaia, atnai-n
atnta, atnta-n
atntaia, atntai-n

Rappel : la prononciation, parfois différente de l’écrit, est mise  entre crochets : [ ]

_______________
1. La prononciation  diffère selon les régions, elle reste à uniformiser.
2. vin/tin, vid/tid (celui/celle, ceux/celles) sont différents : ils ne sont pas des montreurs.
3. comme « inu« , aqolanq peut se défaire du n et s’alléger en aqolaq
4. jav-d,  jat-d,  jat-n, interjection utilisée telle quelle (forme orale)
5. différent de akkn (pour que), qui n’est pas un montreur
6. La forme originelle semble être dia, suggéré dans « amdia« , exemple
– A noter que assa, assn (et non ass-n) ne sont pas concernés :  il n’y a pas d’orientation par rapport à un interlocuteur.