Lourd, l’avion !

Que de fois j’ai rencontré un avion kabyle… dans les textes kabyles. J’avoue qu’il (l’avion) me fait de la peine, par le nom dont les imussnavn kabyles l’ont affublé.

timsrifyt (timesrifegt) est certes un joli nom, aussi joli que l’objet qu’il est censé désigner « s tqobailit« . Le problème (car je suis toujours enclin à trouver des problèmes chez lé zautres, réflexe de correcteur de presse oblige), le problème c’est que je trouve le mot un peu long. Qu’on en juge :

– La base du mot est Afy (voler), elle ne contient que deux consonnes : FY
– Le mot timsrifyt contient, en plus des deux consonnes radicales FY
   — 2 T, en début et en fin de mot, qui correspondent à la marque du féminin
   — la consonne M
   — la consonne S
   –– la consonne R.

Je donnerai bien une prise de chique de Michelet à celui qui pourra justifier toute cette pléthore de consonnes ajoutées. Je dois dire que je commence à en avoir l’habitude dans les néologismes kabyles, mais pour un avion, j’avoue que ça  fait un peu lourd. A moins que nos docteurs et nos académiciens connaissent une raison que je ne saurais pas. Cela me ferait plaisir de l’apprendre.
J’entends d’ici les maamristes rétorquer : « et toi, au lieu de critiquer tout le monde, qu’aurais-tu mis à la place ? »
Ce que j’aurais mis à la place. Par exemple, (si on tient à utiliser le radical FY) :
– afaya
– afayu
– ufuy
– ifiyi
– tafyat
– afyun
– tifyit… (d’autres combinaisons sont possibles sans avoir besoin d’ajouter des M, des S ou des R)

Je signale que ce n’est pas parce que les arabes féminisent l’avion en dta.iratun que le Kabyle est obligé de suivre. Rien n’indique que l’avion est une femelle, ni un mâle d’ailleurs. Le bon sens commande donc de le mettre au genre neutre, comme font les Anglais. Et le genre neutre, genre par défaut, est le masculin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *