J’insulte les gens

Au hasard, comme ça, sur facebook en suivant un lien puis un autre, je tombe sur un texte me concernant. J’apprend dans ce texte ce que je ne savais pas avant : j’insulte les gens. Je me dois donc d’éclaircir certaines choses.
.
Pour avoir fait la première grammaire kabyle ( je persiste et signe), j’en ai reçu des insultes, et des meilleures ! Je n’ai jamais répondu par une insulte.
Mon travail a été tellement bien accueilli que même mes deux essais en kabyle, pourtant « mammerisés » pour les mettre à la portée des lecteurs forcément mammristes, ont été boudés non par les lecteurs puisque les exemplaires livrés ont été vendus, mais par les libraires, allez savoir pourquoi. Je rappelle que bien qu’à l’origine ils ont été rédigés en grammatical, j’ai refait l’écriture en Unicode. Aucun libraire ne m’a expliqué pourquoi il ne veut plus commercialiser mes livres.
Autre chose : par la même magie, aucun journal, aucune radio, aucune chaîne de télé n’a voulu parler de mes travaux. Quand on sait l’insignifiante quantité de livres qui vient enrichir la littérature kabyle chaque année, chaque titre nouveau est en soi une fête. Qui aurait pensé que la presse ou le circuit commercial ferait la fine bouche devant un travail sur la langue kabyle, ou devant un recueil de nouvelles ou de chroniques en langue kabyle ?
J’aurais peut-être dû suivre le conseil qu’on m’a donné au HCA, le jour où je leur ai remis des exemplaires de « ma » grammaire : « Vous êtes contre tamaamrit ? Faites attention vous aurez des problèmes ».
Le HCA n’a pas été le seul à me prévenir des problèmes qui m’attendaient. Je n’entrerai pas dans les détails pour ne pas citer de noms.
Comme je suis têtu, et que surtout je savais que la langue kabyle est en danger et que je n’ai pas le droit de me décourager… je ne me suis pas découragé. Le livre ne peut pas arriver au lecteur ? On essaiera facebook. Puisque les Kabyles sont nombreux à le fréquenter. Et que la « noblesse » ne peut pas intervenir pour m’en interdire l’entrée.
Ce que je pensais. Car la « noblesse » je l’ai rencontrée sur facebook. Une noblesse insultante, irrespectueuse c’est le moins que j’en puisse dire. J’ai même dû changer de site pour la grammaire, à cause des signalements, le site étant devenu indésirable pour facebook. Toutes mes publications sur la grammaire ont été supprimées de facebook. J’ai bien sûr parlé de ça, mais sans jamais insulter.
Ah, ça me revient. J’ai insulté. Et quelles insultes ! Qu’on en juge :
– J’ai dit que tamaamrit n’est pas une grammaire
– J’ai dit que Mammeri n’est pas l’auteur de tamaamrit, que c’est un bricolage hérité des Pères blancs
– J’ai dit que le premier à dire que ce n’est pas une grammaire est justement Mammeri, qui doit s’y connaître
– J’ai dit qu’on n’enseigne pas le kabyle avec les règles de la langue française
– J’ai dit qu’un demi-siècle de tamaamrit est suffisant pour constater l’échec, qui est visible à l’oeil nu pour qui veut voir
– J’ai dit que si ça continue comme ça le prochain constat sera non pas l’échec mais la faillite
– J’ai dit que (première mondiale) les Kabyles ont inventé un nouveau produit : des docteurs en linguistique ne sachant pas la grammaire. Puisque la grammaire n’a pas encore été énoncée, vu que je suis le premier à le faire (prétentieux mais j’assume) 
J’arrête là…
Le problème (ou l’absence de problème) avec mes « insultes », c’est qu’il suffit à l’insulté de me prouver que je me trompe. J’obtempère illico.

Et j’ai surtout dit – suprême insulte – qu’un scientifique, quand il présente un travail, a droit à une réponse scientifique de la part de la communauté scientifique. On n’invalide pas 20 ans de recherche d’un revers de main. Il y a des façons de faire. Et comme la langue kabyle appartient à tous les Kabyles, j’en suis donc actionnaire de par ma naissance. J’ai donc le droit de n’être pas d’accord sur sa gestion, et j’ai le droit de tirer la sonnette d’alarme quand elle est mise en danger, ou quand elle est mal gérée, ou quand elle est l’objet d’un travail de sape par ceux qui sont censés (et payés) pour la promouvoir et la défendre. Ce qui est le cas à mon sens. Et j’ai le droit (oui !) de ne pas reconnaître les doctorats de ceux qui possèdent le diplôme sans connaître la grammaire, ce qu’un enfant de 6ème année est censé connaître s’il y avait un système d’enseignement digne de ce nom.
Mais, naïf que je suis, je n’ai pas pensé qu’après un demi-siècle de censure arabo-islamo-algérienne, ce seront des Kabyles qui m’enlèveront le droit de présenter un travail scientifique à la communauté scientifique. J’avais oublié que Bahbouh est passé par là…
Bref.
Voyons maintenant ce qui a déclenché « la chose » :
Contre toute attente, comme pour empêcher les choses de tourner en rond, voilà que
– la chaîne 2 kabyle consacre plusieurs émissions à des non-maamristes, dont Akerma
– une chaîne de télé (TQ5) vient casser la loi du silence en donnant la parole à Hacene Sahki, Hocine Cherad, les disciples de Behbouh. Et bien sûr à Kader Akerma.
L’omerta est cassée. L’inadmissible vient d’arriver : on « les » laisse parler !
Tout le problème est là.

1 réflexion sur “J’insulte les gens”

  1. Je ne suis pas spécialiste du domaine mais qu’on j’entends que tamaamirt n’est pas une grammaire je me dis qu’est ce qu’on nous a enseigné depuis tout ce temps là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *